Totalement intégrée au conducteur.


Chronique VF : Initial D

 

 

Initial d
La nuit en feu !

La chronique extraite de l’émission « Ca va trancher n°135 »

microiphone
Chiyoda Momoka de « Koi Suru Kanojo no Bukiyou na Butai » – Illustration de kantoku .

La version écrite

Chronique version écrite
Extrait de  « Cross Road », publicité réalisée par Makoto Shinkai

Avec un ami, entre deux conneries otakus, nous avons inventé un personnage dont l’intelligence n’a d’égal que son éloquence et que nous avons appelé Beauf kun. Beauf kun est un être dôté d’un bob ricard en semaine qui se transforme en bob cochonnou le week end et son humour pourrait se résumer en un « grugrugru BITE grugrugru nichons ». Et si vous vous demandez pourquoi, je parle aussi longuement de ce délire à la con, eh bien c’est parce que l’anime en VF dont je vais vous parler aujourd’hui lui est dédié puisqu’il s’agit de Initial D , oh pardon je voulais dire…

Initial D, oh pardon,

Je ne m’en lasserais jamais. Initial D est donc un manga de voiture en 48 tomes publié entre juin 95 et juillet 2013 qui a connu pas mal d’adaptation dont un film live et des jeux vidéos et surtout ce qui va nous intéresser aujourd’hui plusieurs séries anime. Et le passage à la télévision va apporter à cette série son truc le plus cool, à savoir sa bande son euro beat kitichissime à mort mais qui est tellement forcée et assumée qu’au final on imagine plus la série sans. Petit exemple avec un extrait de l’intro du tout premier épisode de Initial D First Stage :

Bien maintenant qu’on a mis de côté la musique cool, il est temps de démarrer l’épisode et je dois dire que la série fait fort dès le départ. Ce que vous vous apprêtez à entendre sont les premières répliques du tout premier épisode de la première série, je vous assure qu’il n’y a aucun montage. Maintenant , je vais vous demander de faire un test, écoutez bien ce que va dire le personnage et essayez d’en avoir ne serait ce qu’un tout petit peu quelque chose à foutre. Vous êtes prêts ? C’est parti.

Bon, histoire de réveiller tout le monde, 15 secondes d’euro beat.

Continuons donc cette passionnante discussion, celui qu’on a entendu parler c’est Itsuki le meilleur pote de Takumi, le héros. Mais visiblement même lui trouve la conversation emmerdante, écoutez donc sa non motivation totale.

Bon, je vous passe la suite, Itsuki se plaint qu’il aura pas le pognon pour s’acheter sa bagnole même en travaillant l’été, Takumi s’en contrefout gentiment et juste à ce moment arrive ce que le chara design essaye de nous faire passer pour une bonnasse, la fille que j’appelerais affectueusement « petite pute ».

Bon à partir de là ça devient rigolo car « petite pute » en réalité travaille, elle fait ce qu’on appelle en japonais de l’enjo kosai. Soit une forme de prostitution light puisqu’un monsieur d’âge moyen la paye pour rester en sa compagnie ce qui donne en français un dialogue assez gênant.

Allez,une dernière fois pour vous réveiller avant qu’on attaque vraiment le cœur de la série, encore 15 secondes d’euro beat.

Revenons donc au bagnole et truc amusant, le héros de Initial D est un pure blasé qui au départ n’est pas fan du tout de voitures contrairement à son insupportable pote ce qui donne cette conversation très PMU lorsque son pote s’en rend compte.

Bah oui t’es bizarre Takumi, pourquoi tu te fais chier à devenir scientifique alors que tu peux conduire des bagnoles ? Ah bah non je suis con, tu connais même pas la 86. Fin bref, vous l’aurez compris tout l’univers d’Initial D tourne autour des bagnoles. D’ailleurs écoutez le gros plan maléfique des premiers méchants de la série.

Oui, ces gens sont des nolifes sauf qu’au lieu de jouer les geeks derrière des écrans, eux font ça avec des voitures et des courses qui est leur façon à eux de mesurer la taille de leur bite.

Du coup, parfois il arrive des drames qu’on comprend pas.

Avec des techniques qu’on pige pas non plus.

Pour la petite anecdote, l’épisode se termine là-dessus. Du coup, je vais bientôt m’arrêter moi aussi, non sans vous faire profiter d’un peu d’eurobeat pour oublier tout ça. Ca s’appelle « Beat of the Rising Sun » ou comme dirait Beauf kun « grugru BITE »

Allez, je ne pouvais pas conclure sur initial D sans un dernier doublage fantastique. Vous vous souvenez de « petite pute » ? Eh bien retrouvez les aventures entre elle et Itsuki dans un monument du doublage kitch.

Petit bonus de cette chronique, nous recevions ce soir Adeline Chetail qui est entre autre la voix de Mayuko de Niea_7 dont voici le générique en VO.

Et pour la VF, c’est nos amis de Declic Images qui s’en sont chargés et le résultat est comment dire…

Laisser un commentaire