Y a du late sur le feu


Last Week Tonight

Ce billet est le premier d’une petite série que je souhaite consacrer à l’une de mes passions sur YouTube : les late show américains.

John Oliver, l’homme qui ressemble plus à la fusion entre un contrôleur fiscal et Harry Potter qu’à un vrai présentateur TV.

Si je devais citer une raison pour laquelle je ne souhaite plus vivre sans Internet, le fait d’accéder à de longues séquences des late shows américains serait dans le Top 5 avec les sites d’infos indépendants, les memes improbables, l’accès facile à la culture et le hentai bien dégueulasse. Eh bien,  croyez le ou non mais John Oliver c’est le mélange d’un peu tout cela.  Sauf peut être pour le hentai. Mais je n’ai jamais osé rechercher son nom suivi de rule 34.

(J’ai menti, ça donne rien)

John Oliver donc. Vous avez peut être déjà entendu parler de lui à diverses occasions où son émission est apparu par extraits sur les sites d’infos français. Que ce soit pour son interview d’Edward Snowden, son épisode consacré à l’élection présidentielle française ou plus récemment pour un certain Marlon Bundo.

Mais Last Week Tonight est loin d’être une émission limitée à ses quelques fulgurances. C’est un espace de résistance intellectuelle où John Oliver mélange pédagogie progressiste sur les grands problèmes de la société U.S et du monde et humour à l’écriture et au jeu impeccables.  Et ce mélange de déconne et de dénonce va très très loin.

Non seulement, les sujets abordés sont extrêmement variés,on y parle aussi bien de problématiques sociales, sanitaires, géopolitiques ou économiques, mais en plus l’émission semble disposer de moyens assez larges au vu de ses ambitions. En effet, les infos qu’elle compile ou les quelques enquêtes qu’elle mène doivent nécessiter une équipe de rédaction surmotivée et ses happenings absolument délirants un certain budget.

Exemplaires

Afin d’illustrer jusqu’où va l’émission, voici 3 exemples qui m’ont marqués :

– Lors de son épisode consacré aux concours de beauté,  Last Week Tonight a mené une véritable petite investigation fiscale pour savoir si l’association Miss America utilisait réellement les 45 millions de dollars de dons pour l’éducation, chiffre qu’elle utilise pour sa promotion. Si vous comprenez anglais, je vous laisse découvrir le résultat.

– John Oliver a lancé sa propre église évangéliste avec un avocat spécialisé pour dénoncer combien le système fiscal américain était laxiste sur le sujet et comment des organisations en profitent pour dépouiller les personnes souffrants de problèmes. L’église s’appelait « Our Lady of Perpetual Exemption » (qu’on pourrait adapter en Notre Dame de la Niche Fiscale Perpétuelle) et disposait d’une adresse pour envoyer des dons et d’un standard au numéro fort approprié.

Quelques temps plus tard, l’église a dû fermer car les gens s’amusaient à envoyer des trucs improbables comme du sperme ou des pénis géants en bois.  Tous les dons ont quand même fini par être redonnés à des associations caritatives. (Sauf le sperme selon le site officiel)

– Dans un épisode consacré à la Cour Suprême des Etats Unis, Last Week Tonight a voulu dénoncer le fait que la retranscription des débats étaient fatalement ennuyeux  car seul un enregistrement sonore peut être fait et que les TV sont obligés de recourir à des dessinateurs. Ils ont donc eu cette idée géniale de retranscrire ça avec des animaux et ont mis en ligne l’intégralité de leurs plans en disant aux chaînes d’infos de se servir.

Même si vous ne comprenez pas anglais, ça reste drôle. 

Et il y aurait beaucoup d’autres exemples comme les spots de pubs que l’émission a réalisé puis fait diffuser sur Fox News pour envoyer des messages à Trump entre autres. Mais ce qui fait la différence entre Last Week Tonight et beaucoup d’autres shows, c’est que Last Week Tonight permet non seulement son audience de s’intéresser à des sujets complexes, très souvent internationaux ce qui est plus que rare pour un show américain, en utilisant l’humour pour rendre ça plus « digérable » (méthode qu’on retrouve en France notamment chez Usul ) mais que l’émission a aussi le souci de pousser ses téléspectateurs à l’action.

Action et vérité

Que ce soit en demandant de spammer littéralement de messages le site de l’institution chargé de s’intéresser aux règles de l’Internet, en indiquant à qui faire des dons en rapport avec le sujet développé ou plus récemment en sortant un livre permettant de se moquer de l’homophobie de Mike Pence, l’émission milite très régulièrement pour avoir un impact dans la vie réelle.

Certes en encourageant ainsi son audience à agir, Last Week Tonight se place clairement en show engagé ce qui pourrait potentiellement limiter son impact aux déjà convaincus mais l’émission a l’intelligence de ne jamais placer ses engagements autrement que d’un pur point de vue humain, de justifier chacun d’entre d’eux par la démonstration du problème et surtout d’être un putain de sale gosse tellement drôle qu’on ne peut que rire de ses excès.

Le tout ne fonctionnerait bien entendu pas sans le talent inégalable de John Oliver pour interpréter ce mélange de comédie et de business sérieux mais ce qu’on en retiendra surtout à la fin de chaque épisode est bien plus son message et sa drôlerie que le petit anglais à lunette qui présente tout ça. Aussi adorable et doué soit-il.

Si vous comprenez l’anglais, je vous encourage plus que fortement à essayer de regarder au moins un épisode de Last Week Tonight. Cette émission est non seulement une démonstration de culture et d’humour engagé et intelligent mais c’est aussi une occasion d’en apprendre beaucoup sur le monde et de ne jamais douter qu’il y a des types drôles ET intelligents sur cette planète.

Je vous laisse avec cette compilation de John Oliver qui décrit des pays et qui me fait ultra marrer à chaque fois que je la remate :

Une réflexion sur « Last Week Tonight »

Laisser un commentaire